"Terezin Plage" de Morten Brask

Publié le par angelebb

imagesCAMBM0IZ

Partenariat  Logo-News-Book-150x39[1]

.

.

Titre - Terezin Plage

Auteur - Morten Brask
Date de parution- Août 2011
Broché- 330 pages
Genre-  Contemporain
Prix - 20 euros
.
.
.

Mon avis
.
Durant la seconde guerre mondiale, Daniel Faigel, médecin danois, se voit transporté à Theresienstadt, en Tchécoslovaquie. Cette "ville" hébergeant des Juifs de toute l'Europe sert également de propagande envers l'état allemand, mais c'est surtout une passerrelle, un camp de regroupement vers les destinations finales de Pologne.
Durant les deux années à venir, Daniel travaille à l'hôpital du ghetto, acteur et victime des conditions de vie déplorables, du manque d'hygiène, de nourriture, de respect.
Pourtant, au millieu de cet enfer, Ludmilla entre dans sa vie!
.
.
Je ressort de ce roman émue, touchée au plus profond de moi. 
 
En racontant l'histoire de ce jeune docteur au sein de ce ghetto, plusieurs fois se sont mélés des sentiments de dégoûts, de frissons faces aux situations vécues mais également de l'espoir et de l'amour! 
Au travers de son écriture, l'auteur fait vivre extrémement bien son roman, faisant naître les personnages principaux, Daniel et Ludmilla, avec une telle intensité, que j'ai été happé par leur histoire!
Les sentiments d'amour naissant entre eux avec simplicités et naturels entretiennent le peu d'espoir face à leurs conditions, révant d'un avenir commun et meilleur.
Les pages défilant vite, je n'est ressentie ni lassitude ni ennui! Ayant du mal à me détacher de ce livre, étant spectateurs également au sein de cette ville!
Tremblant face à la fureur et à la méchanceté allemande, à la peur présente à  chaques situations et ressentie de façon permanente par les habitants.
.
Meurtris communément par un passé douloureux, entre maladies, puanteur, listes de déportations, ils tentent à deux d'oublier l'enfer!  
.
Riche et complet, entre roman et faits réels, l'auteur signe là son premier livre de fiction que j'ai pu découvrir en partenariat avec Newbook et les éditions Presses de la Cité.
Je les en remercie pour cette agréable découverte .
 
Extraits
.
p.70
"Les limites du macabre sont repoussées pour un étudiant en médecine dès sa première année d'études. Il s'habitue à voir des morts. Il ne réagit plus à la vue d'un bras coupé ou au fait de tenir un coeur humain entre ses mains. Il peut rester devant une table de dissection, penché sur un vagin éclaté ou un ganglion lymphatique. Le macabre devient son lot quotidien.
A Theresienstadt c'est la même chose. La promiscuité, la misère, les rêves perdus et le désespoir constituent des tableaux macabres que je n'aurais jamais cru regarder dans une vie comme la mienne.
Pendant les premières semaines, j'ai le sentiments d'être devenu un personnage dans une représentation de l'enfer par Jérôme Bosch. Mais les jours passent, et peu à peu les teintes du grotesque se fanent. Theresienstadt devient la norme. Un quotidien avec sa routine, ses repères, ses schémas, son indifférence."
 
p100
"Est-ce que ce serait du vol? Est-il répréhensible de voler la nourriture d'un mort?"  
.

Mon ressenti 8/10
.
Lire également les avis de Plume, Stupidgrin, Simaé  ayant lu le livre grâce à ce partenariat!
.
Roman entrant dans les challenges
.
RL2011b[1]
.
60436649 p[1]
 
 
 
 

Publié dans J'ai beaucoup aimé

Commenter cet article